Pour les glaciers et pour l’avenir

L’«Initiative pour les glaciers» veut ancrer explicitement la protection du climat dans la Constitution et réduire à zéro net les émissions de gaz à effet de serre d’ici 2050. La récolte des signatures est lancée et chacun peut contribuer activement au succès du mouvement.

Par Camille Marion

Le 25 août 2018, un collectif citoyen s’est réuni au pied du Steingletscher pour fonder l’Association suisse pour la protection du climat (ASPC). Ses membres réclament des mesures concrètes pour limiter les impacts du réchauffement climatiques et remettre la Suisse sur un cap durable. Sans couleur politique, composé de citoyennes et citoyens de tout horizon, le mouvement déplore le manque de sérieux du gouvernement quant à ses engagements dans l’accord de Paris sur le climat.

Si la Suisse s’est engagée aux côtés de près de 200 états à limiter le réchauffement climatique à 1,5 degré, les mesures concrètes peinent à émerger et les décisions politiques déçoivent. À la fin de l’année dernière, l’échec de la loi sur le CO2 a souligné le manque d’ambition du Parlement en matière de politique climatique.

Objectif zéro net
L’ASPC est passée à l’action en début d’année en lançant l’«Initiative pour les glaciers». Le texte exige des engagements clairs pour réduire à zéro net les émissions de CO2 du pays. L’objectif, ambitieux mais nécessaire, passe par l’interdiction des énergies fossiles en Suisse au plus tard à partir de 2050.

Composé d’experts, de chercheurs et de professeurs spécialistes de la question climatique, le Conseil scientifique de l’ASPC a démontré la faisabilité de ses revendications et le gain pour la santé, l’environnement et l’économie du pays. Et les échos sont favorables, à gauche comme à droite. Les mouvements pour le climat qui font l’actualité depuis plusieurs mois renforcent l’impact du message et soulignent l’urgence de la situation.

Repenser la mobilité
En Suisse, le secteur des transports fait figure de cancre en matière de respect de l’environnement; il est responsable de près de 40% des émissions de CO2 (en prenant en compte le trafic aérien international). La cause réside dans l’énergie consommée par les transports, dont l’origine est très majoritairement fossile.

Pour opérer ce changement, une évolution des mentalités est nécessaire. La politique doit freiner la demande en transports et encourager le recours au vélo, au bus et au train. Les options aujourd’hui dépendantes des énergies fossiles doivent quant à elles se tourner vers des solutions électriques (alimentées par du courant durable), des biocarburants ou des carburants synthétiques.

Regarder vers l’avenir
La disparition des glaciers est un signal d’alarme. Si le réchauffement climatique n’est pas drastiquement limité, les conséquences pour les générations futures seront désastreuses. L’«Initiative pour les glaciers» offre à la Suisse une opportunité de développer des technologies respectueuses du climat et de contribuer à résoudre la crise climatique au-delà de ses frontières.

 


Soutenir l’initiative

Chacune et chacun peut participer au succès de l’ « Initiative pour les glaciers »! Soutenez financièrement l’engagement de l’ATE, commandez du matériel de promotion et téléchargez des feuillets de signature sur www.ate.ch/initiative-glaciers

 

© Initiative pour les glaciers