La pratique du vélo doit devenir plus attractive

Rendre le vélo attrayant et sûr, l’ATE appelle à une offensive vélo. Trois exemples concrets montrent que pour chacune des mesures envisagées, une pesée des intérêts s’impose afin que la promotion du vélo ne se fasse pas au détriment des personnes les plus vulnérables sur la chaussée.

Dans le cadre de la mise en oeuvre de l’arrêté vélo, l’ATE demande l’application d’une politique offensive en faveur de la pratique du vélo. Pour la rendre sûre et attractive, des adaptations d’infrastructures et des campagnes d’informations sont indispensables. Il est crucial à cet égard, et avant toute mesure, de peser consciencieusement les intérêts de chaque groupe concerné – et en particulier ceux des plus vulnérables qui sont à pied, donc les enfants et les personnes âgées.

Mesures simples

La règle adoptée par la ville de Bâle voici quelques années illustre bien la démarche: au feu rouge des carrefours, les cyclistes ont le droit – à certains endroits – de continuer pour s’engager dans la rue à droite. Cette mesure simple rend les déplacements à vélo plus attractifs – sans dispenser les cyclistes d’accorder la priorité aux passages piétons.

L’aménagement d’une rampe entre route et trottoir dans le canton de Soleure montre qu’une amélioration pour certaines personnes peut se transformer en aggravation pour d’autres. Mais dans l’exemple qui nous intéresse, la rampe – qui a pour but de faciliter le passage de la route au trottoir – est assortie d’un seuil de quelques centimètres de haut.

Utile mais aussi néfaste

Il oblige les cyclistes à freiner fortement et à l’aborder dans un angle défavorable pour éviter de chuter. Cette situation a interpellé la section soleuroise de l’ATE : les réactions de plusieurs membres l’ont incitée à faire part de ses préoccupations à l’Office des travaux publics de Soleure. Alors que les médias s’emparaient de l’affaire du «seuil assassin», des entretiens et des consultations étaient menés pour trouver une solution.

S’il est certain que pour les cyclistes et pour toutes les personnes qui se déplacent en fauteuil roulant ou en microvéhicule électrique il est préférable que le passage du trottoir à la route se fasse en douceur, il en va tout autrement pour les personnes malvoyantes, qui doivent pouvoir reconnaître tactilement l’endroit pour se situer. L’histoire prouve que le dialogue et une prise en considération des intérêts de chacun et chacune sont nécessaires pour parvenir à une solution équilibrée.

Des enfants à bicyclette sur le trottoir?

Toute mesure qui privilégie la pratique du vélo n’est pas forcément judicieuse. Actuellement, le Conseil fédéral envisage d’autoriser les enfants jusqu’à douze ans à rouler à vélo sur le trottoir. Ce qui paraît être un gain de sécurité pour les enfants se révèle, à y regarder de plus près, contre-productif. Pour des enfants à vélo, le trottoir peut être une zone à hauts risques : la personne qui sort sa voiture du garage ne s’attend pas à une circulation rapide sur le trottoir ou ne peut pas apercevoir l’enfant à temps. En outre, ouvrir le trottoir aux cyclistes recèle un potentiel de conflits : nombre de personnes âgées ou malvoyantes redoutent les mouvements d’enfants à vélo sur leur passage.

C’est pourquoi l’ATE privilégie une ouverture restreinte, pour les enfants jusqu’à huit ans. Il est plus profitable encore, avec l’aide des parents, de donner aux enfants l’occasion et l’espace approprié pour s’exercer et de les sensibiliser pour qu’ils adoptent le comportement adéquat.

Mais laisser rouler des enfants plus âgés sur le trottoir ne change rien au problème de fond. L’infrastructure vélo est insuffisante. Il faut une politique offensive en faveur du vélo pour que les enfants et les jeunes puissent s’en servir en sécurité.

Par Stéphanie Penher, responsable du domaine Politique des transports et communication à l’ATE Suisse; elle pratique le vélo avec son fils de huit ans.

Plus d’articles dans le dossier «Un réseau de voies pour la Suisse»

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

I accept that my given data and my IP address is sent to a server in the USA only for the purpose of spam prevention through the Akismet program.More information on Akismet and GDPR.