Les opportunités de l’après-coronavirus

Il est saisissant de constater à quel point ce virus a changé notre quotidien en si peu de temps. Eu égard aux victimes de la pandémie, il peut sembler cynique d’évoquer les opportunités cette crise peut offrir. Pourtant, des conséquences positives existent bel et bien – sur l’environnement, ainsi que sur nos habitudes de travail et de déplacement.

Ce qui était considéré comme irréalisable est devenu, soudainement, notre pain quotidien: le passage presque intégral au télétravail et aux vidéoconférences.

L’ATE n’a cessé de préconiser ces instruments pour lutter contre l’engorgement des transports – sans grand succès. La crise du coronavirus a entraîné leur application à une vitesse jusqu’ici inimaginable en Suisse. Au nombre des effets positifs, mentionnons encore la décélération de la mobilité et les comportements plus écologiques. Davantage de personnes restent à la maison plutôt que de courir à des réunions et quand elles sortent, elles privilégient le vélo ou la marche.

Toutefois, les effets sur les transports publics (TP) sont moins positifs. Le Conseil fédéral a recommandé d’éviter leur utilisation dans la mesure du possible. Certaines de mes connaissances ont tourné le dos aux TP – alors qu’elles les empruntaient par choix écologique – et ont repris la voiture pour se rendre au travail. Après le retour à la normalité, la population devra apprendre à se défaire de la peur de la contagion dans le TP.

En outre, en conservant les bonnes habitudes prises avec le télétravail et la vidéo-conférence, nous parviendrons à maintenir le faible encombrement des bus et des trains aux heures de pointe. Pour l’heure, la priorité est bien de limiter le nombre de victimes de la pandémie et de surmonter la crise au plus vite. Ensuite, il s’agira d’éviter de retomber dans les mêmes travers. Nous avons dû, bon gré mal gré, faire l’expérience du travail à distance, d’une maîtrise de notre quotidien dans des conditions restreintes, et de déplacements à pied ou à vélo uniquement. Et nous avons bien dû constater que cela fonctionne aussi.

Anders Gautschi, directeur de l’ATE Suisse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

I accept that my given data and my IP address is sent to a server in the USA only for the purpose of spam prevention through the Akismet program.More information on Akismet and GDPR.