Pour le paysage et la mobilité durable

C’est fait: Les organisations de protection de la nature et de l’environnement ont déposé une double initiative. L’une, l’initiative paysage, vise à mettre un terme au boom des constructions hors de la zone à bâtir – et à l’étalement par les infrastructures routières.

Le mitage hors des zones à bâtir continue à progresser, malgré la législation existante. En conséquence, le trafic augmente et de nouvelles infrastructures de transport sont construites. L’initiative paysage veut corriger le tir. Elle veut mettre un terme à l’explosion des constructions hors des zones à bâtir, en inscrivant des règles strictes et claires dans la Constitution.

Lancée par l’association «Pour la nature, le paysage et le patrimoine bâti», cette initiative demande notamment que la Confédération et les cantons veillent à ce que le nombre de bâtiments et la surface sollicitée par ceux-ci n’augmentent pas dans les parties non constructibles, tout en prenant compte des besoins de l’agriculture suisse.

Encore une votation sur le mitage du territoire, allez-vous penser. Les lois en vigueur ne sont-elles pas suffisamment efficaces pour protéger le paysage suisse? En théorie si, la séparation claire entre les territoires constructibles et non constructibles est l’un des principes fondamentaux de l’aménagement du territoire en Suisse. Mais ces dernières décennies, le parlement fédéral a constamment affaibli ce système en multipliant les exceptions possibles en matière de constructions hors des zones à bâtir.

Toujours plus de routes aussi

En conséquence, le mitage hors des zones à bâtir a fortement progressé. Selon l’Office fédéral du développement territorial (ARE), les surfaces construites hors des zones à bâtir ont augmenté de 186 kilomètres carrés entre 1985 et 2009. C’est plus que la superficie de Bâle, Berne, Genève et Zurich réunies! Durant la même période, le pourcentage des surfaces couvertes de bâtiments et de routes ont autant augmenté hors que dans les zones à bâtir – à savoir de 32% pour les bâtiments et de 15% pour les infrastructures de transport.

Les nouvelles infrastructures de transport participent donc directement au bétonnage des zones non constructibles. Les animaux sauvages sont les premières victimes de cette situation. Chaque route supplémentaire entrecoupe et endommage le paysage, les biotopes et les corridors faunistiques – les voies de déplacement des animaux sauvages.

De plus, le mitage du territoire a un impact direct sur notre mobilité. Plus le milieu construit est étendu, plus il faut de routes pour en assurer la desserte. D’autre part, les nouvelles routes favorisent l’étalement des habitations, augmentant ainsi les distances journalières, la dépendance à la voiture et le besoin en nouvelles infrastructures routières.

Mobilité respectueuse de l’environnement

Des mesures urgentes sont nécessaires afin de protéger la nature et le paysage suisse. Un arrêt du mitage hors des zones à bâtir est essentiel pour réduire les nuisances des infrastructures routières sur la nature et la faune, ainsi que pour favoriser l’essor d’une mobilité respectueuse de l’environnement.

www.initiative-paysage.ch  et www.initiative-biodiversite.ch

Yves Chatton, chargé de campagnes politiques pour l’ATE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

I accept that my given data and my IP address is sent to a server in the USA only for the purpose of spam prevention through the Akismet program.More information on Akismet and GDPR.