Potentiel d’amélioration pour la «marchabilité»

L’étude «Marchabilité et santé – comparaison entre 16 villes suisses» est la toute première analyse de l’attractivité des infrastructures piétonnes. L’évaluation sur trois aspects met en évidence les diverses qualités et lacunes en matière de mobilité piétonne.

«Encourager la mobilité piétonne»: cet objectif est fréquemment formulé dans les documents stratégiques et concepts aux différents niveaux de planification. Toutefois, qui se déplace à pied dans les villes et villages n’a pas vraiment l’impression que l’objectif ait été réellement atteint. Les bancs font souvent défaut, des panneaux publicitaires, véhicules de livraison ou deux-roues encombrent les trottoirs. De plus, ceux-ci sont souvent utilisés comme zone de trafic mixte que la mobilité piétonne doit partager avec un flux de cyclistes toujours plus rapide. Rien n’incite à marcher dans nos villes!

Contrairement aux autres moyens de transport, la mobilité piétonne ne bénéficiait d’aucune enquête ni études statistiques qui auraient permis d’évaluer la qualité de ses infrastructures. Le projet «Marchabilité et santé – comparaison entre 16 villes suisses» a analysé en détail la situation piétonne des villes d’Aarau, de Bâle, Bellinzone, Berne, Bienne, Coire, Genève, Lausanne, Locarno, Lugano, Lucerne, Neuchâtel, Saint-Gall, Winterthour, Zoug et Zurich.

Recommandations concrètes

L’étude s’est déroulée autour de trois aspects permettant de définir l’attractivité de ces villes pour les piéton·nes. Le premier volet du test de marchabilité se concentre sur l’infrastructure mise à disposition du trafic piéton et en évalue la qualité sur place, sur la base de critères définis. Le deuxième volet, intitulé «Réalisation des aménagements prévus», estime la valeur accordée à la mobilité piétonne dans l’administration et la politique de la ville concernée. Le troisième volet refl te la satisfaction de la population dans le domaine de la mobilité piétonne par le biais d’une enquête en ligne.

Ces trois volets réunis livrent un aperçu de la qualité générale du trafic piéton. Si l’on considère le résultat global de la présente étude, une moyenne de 61% des objectifs de qualité définis ont été atteints ou, inversement, près de 40% ne le sont pas encore. Toutes les villes sont donc appelées à améliorer la situation de leur mobilité piétonne.

Le classement de cette comparaison entre villes incite également chacune d’elle à appliquer des mesures telles qu’aménager plus d’espaces et d’infrastructures réservés uniquement aux piéton·nes, programmer des temps d’attente plus courts aux feux et mieux financer les centres de compétence piétons. Ces recommandations s’adressent à toutes les villes partenaires.

Cinq récompenses

La «Brosse à chaussures d’or» distingue les villes en tête du peloton: Aarau pour ses infrastructures, Coire pour la satisfaction de la population et Bâle dans la réalisation des aménagements prévus. Neuchâtel est la ville la plus attractive en Suisse romande et Bellinzone obtient le plus haut score parmi les villes tessinoises. Au final, Bâle se place en tête de toutes les villes analysées, avec 68% des exigences satisfaites, et se distingue en particulier dans le domaine de la communication et de la surveillance du trafic piéton. La «Brosse à chaussures d’or» souligne que la ville a obtenu un bon résultat, mais doit continuer à lustrer dans le domaine de la marchabilité afin de briller à l’avenir.

Veronika Killer, cheffe de projet chez actif-trafiC

Comparaison de marchabilité: Actif-trafiC, Mobilité piétonne Suisse et la HES Rapperswil ont réalisé l’étude «Marchabilité et santé – comparaison entre 16 villes suisses» avec le soutien financier de SuisseEnergie (COMO), de la Fondation Corymbo, de la Loterie romande, de la Loterie des cantons de Berne et du Tessin ainsi que des 16 villes partenaires. Informations complémentaires www.actif-trafic.ch/projects/marchabilite-et-sante

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *