Train et vélo: pétition déposée

La taxe exigée pour embarquer son vélo dans les Intercity suscite de la résistance, comme l’illustre la pétition déposée début septembre. Aucun doute pour l’ATE: charger son vélo dans le train doit être une opération aisée – l’inverse risquant d’encourage (davantage encore) l’utilisation de la voiture.

Le 21 mars 2021, les CFF ont introduit la réservation obligatoire pour le chargement des vélos dans les Intercity du vendredi au dimanche. L’ex-régie fédérale invoque la (trop) forte demande et les capacités logistiques insuffisantes. Préoccupées par cette décision, l’ATE, Pro Vélo et d’autres organisations actives dans le domaine ont décidé en mars de lancer une pétition.

Le 6 septembre – peu avant la parution de ce magazine – la pétition a été déposée auprès des CFF, munie de plus de 50’000 signatures. Le président de l’ATE, Ruedi Blumer, s’est déclaré très satisfait: «Le grand nombre de signatures indique clairement qu’une partie de la clientèle des CFF est mécontente et déçue qu’ils cherchent à freiner la demande croissante en espace vélo dans les trains par l’introduction d’une réservation obligatoire. En termes de politique climatique et des transports, davantage de mobilité cycliste serait souhaitable.»

Oui, mais…

L’ATE est bien consciente que dans certains trains l’espace pour les vélos est limité, et la place ne peut évidemment pas être créée du jour au lendemain. La réservation obligatoire peut être utile provisoirement, mais pas à long terme.

Un autre aspect central est la mise en œuvre de l’obligation de réserver – la pétition insiste d’ailleurs sur ce point. Elle doit absolument être plus commode pour la clientèle. Laura Schmid, responsable transports publics à l’ATE, voit une grave lacune dans l’application mobile des CFF qui n’indique pas le nombre de places encore disponibles dans le train. «Pour des cyclistes voyageant en groupe – c’est d’ailleurs très souvent le cas – c’est un gros handicap», souligne-t-elle. S’il n’y a pas assez de places pour tout le groupe dans l’Intercity prévu, c’est très ennuyeux. Le groupe doit alors se scinder en deux pour voyager ou opter pour une nouvelle réservation dans le train suivant. Ce faisant, il bloque alors des réservations dans le premier train, puisqu’il ne peut pas annuler les réservations déjà effectuées.

Ce dernier point est une lacune supplémentaire du système de réservation; il n’est pas possible d’annuler les places réservées. Cela a pour conséquence que plusieurs places restent inoccupées – une supposition qui demande d’être vérifiée, puisqu’au moment d’écrire ces lignes, les CFF n’avaient publié aucun chiffre sur le taux d’occupation effectif des places de vélo dans les trains soumis à l’obligation de réserver.

Éviter le report sur la voiture

Si l’on ne trouve pas de place pour son vélo dans le train, on peut se servir d’une housse de transport. Le voyage est alors gratuit pour le deux-roues – étonnant puisque, dans une housse, il prend aussi de la place… Autre possibilité: l’envoi séparé du vélo. Cette solution ne se prête toutefois pas aux modèles chers ou sophistiqués et aux sorties spontanées.

Ruedi Blumer insiste sur la nécessité de simplifier la réservation des places de vélo. «Les CFF, en tant que transporteurs écologiques, devraient contribuer à soutenir l’essor du moyen de transport efficace et silencieux qu’est le vélo. Cela ne sera possible qu’en améliorant l’espace dédié au transport des vélos et en facilitant au maximum les procédures d’embarquement.»

La pétition exige qu’à long terme la réservation obligatoire soit supprimée. Il est impératif que les besoins des cyclistes soient mieux pris en compte par les compagnies ferroviaires au niveau de la planification du matériel roulant. Rendre attractif l’embarquement des vélos dans les transports publics doit être une priorité absolue, notamment pour éviter tout report (supplémentaire) sur la voiture.

Par Nelly Jaggi, rédactrice ATE magazine

Communiqué ATE / PRO VELO / Alliance pétition vélo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *